Nicolas Sarkozy : "Il faut modifier la constitution pour encadrer les déficits publics"

par gdblog  -  20 Mai 2010, 19:27  -  #Menu

Nicolas Sarkozy propose d'inscrire dans la Constitution l'obligation pour chaque nouveau gouvernement, à partir de 2012, de se fixer, en début de législature, un objectif de déficit public structurel sur cinq ans, et de geler "en valeur" les dotations de l'Etat aux collectivités territoriales.

 

Source : leMonde.fr

 

ConstitutionDeficit-copie-1.png

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

dede 23/05/2010 08:52



Bonjour GdBlog,

      Pour régler le problème des déficits, il faut prendre de véritables mesures, pour redresser la barre.
      Ce n'est pas en écrivant une ordonnance que l'on soigne le malade.
      Il faut avant tout qu'il prenne ses médicaments.
      Mais avant tout, il faut que le diagnostic ne soit pas érroné..!
      Bravo pour la lucidité de ton article.
      Amitiés.
      dédé.



gdblog 23/05/2010 11:59



Merci beaucoup et merci aussi pour la belle métaphore suggérée ...


A bientôt,



Herbert Reiss 21/05/2010 14:05



En effet. Ca ne mange pas de pain.



gdblog 23/05/2010 11:49



Non, mais cela tient une bonne place dans l'esbrouffe médiatique quotidienne ...



AndiamoCQFD. 21/05/2010 09:29



C.Q.F.D.



gdblog 23/05/2010 11:48



Ce Que Fait le Diable ? ;o)



Thierry Benquey 21/05/2010 09:14



Tiens en voilà un qui ne compte pas etre réélu en 2012


Rire


Amitié


Thierry



gdblog 23/05/2010 11:47



ou bien il a un plan de campagne déjà bien établi, mais venant de ce petit général à la stratégie à court terme j'en doute ;o)


A bientôt,



Régis de B. 20/05/2010 21:15



Tout compte fait, le mieux serait de modifier la constitution pour raccourcir le mandat présidentiel (uniquement celui de Nicolas S......,) et de changer rapidement de Président. Ca règlera tout!
Enfin, je n'en suis pas si sûr: que le plus compétent se lève! Et tout le monde reste assis!



gdblog 23/05/2010 11:46



bah, il y en a quand même beaucoup qui se lèvent, mais peut-être n'ont-ils pas entendu le mot "compétent" en entier